Le projet de film « Zafira » soutenu au Cinemed

Damien Ounouri et Adila Bendimred Lors de la reception de la Bourse d’aide au Cinemed © Hacene Larkem

Dans le cadre de la 39ème édition du Cinémed, le réalisateur franco-algérien Damien Ounouri a décroché une bourse d’aide pour son film « Zafira ».

Damien Ounouri est ravi. Il vient de remporter 8 000 euros de bourse pour son premier long-métrage de fiction « La dernière reine Zafira ». Cette donation s’inscrit dans le cadre des bourses d’aide au développement allouées chaque année par le festival du cinéma méditerranéen.

« La dernière reine Zafira » a été co-écrit par ce réalisateur et Adila Bendimred. Il relate l’histoire d’une reine algérienne, Zafira, qui a vécu du 16ème siècle.

« Cette distinction est honorable pour ce projet, surtout qu’il a eu déjà l’accord d’aide étatique en Algérie », a déclaré le metteur en scène de Kindil (ce dernier court-métrage a été distingué au festival de Cannes 2016, ndlr). Toutefois, selon lui, « ceci reste insuffisant pour traiter un film historique ».

C’est la raison pour laquelle « nous cherchons à solidifier la production du film au niveau international. Notre objectif :  collecter le budget nécessaire pour le concrétiser ». Dernièrement, ce projet a reçu le soutien du centre algérien pour le développement du cinéma.

Ramzi Maqdizi lors de la la distribution de la bourse d’aide au cinemed © Hacene Larkem

Dans la même compétition, le réalisateur palestinien Ramzi Maqdizi a bénéficié de la bourse de la région Occitanie – French Kiss pour son film « Ou ai-je laissé mon visage ». Cette récompense comprend une dotation de 4 000 euro versée par la région Occitanie, et 5 000 euro attribués par la société de production French Kiss en prestation de service.

Par ailleurs, la réalisatrice libanaise Shirine Abu Shaqra a eu la bourse « Moulin d’Andé », d’une hauteur de 2 500 euro pour son projet « Même les ânes ont des remords ».

Hacene larkem et Soumia Abbas